Les betteraves biologiques ont moins de stress.



En termes simples, on peut dire que l’effort de lutte contre les mauvaises herbes détermine le succès ou l’échec de la culture biologique de la betterave sucrière. La discussion lors de la visite des cultures du 31 août dans les cantons de Berne et de Soleure a principalement tourné autour de ce défi. Avec quel type de travail du sol la pression des mauvaises herbes est-elle aussi faible que possible? À quelle profondeur les betteraves biologiques doivent-elles être semées pour que on puisse toujours étriller? Semer à la distance finale ou à démarrier? Le fait est que si vous ne passez pas les 160 heures sur le désherbage et que vous avez un rendement moyen de 75 dt, vous pouvez gagner un bon salaire à lheure avec des betteraves biologiques.

Pratiquement aucun agriculteur en Suisse n’a de nombreuses années d’expérience dans la culture de betteraves à sucre biologiques. Par conséquant pour une vingtaine de participants à cette visite de culture, le besoin d’échanger des informations sur la betterave à sucre biologique était important. L’événement était organisé par l’Institut de recherche pour l’agriculture biologique (FiBL), la société Brauen GmbH et le Centre Betteravier Suisse (CBS) .

Markus Burkhard de Staad près de Grenchen SO cultive pour la première fois des betteraves biologiques. Fin mars, il fraise et roule sa parcelle de 80 ares sur laquelle il y a de l’engrais vert après un blé d’hiver. Le 6 avril, il a repassé le motoculteur et a semé la betterave variété Tesla le même jour.

De plus, l’entrepreneur Ueli Brauen de Suberg BE ajoute: «Les betteraviers biologiques ont besoin de beaucoup de patience au printemps! Lorsque les planteurs de betteraves conventionnelles sèment leurs graines, l’agriculteur biologique ne devrait d’abord travailler que le sol comme faux-semis. Mais en plusieurs fois. »

Avant de semer, il faut attendre que le sol se soit vraiment réchauffé et que les betteraves émergent rapidement. En ce qui concerne la culture précédente, tout le monde s’accorde à dire que l’engrais vert avant la betterave est idéal pour supprimer les mauvaises herbes.

Semé à 5 cm de profondeur

Parce qu’il faisait si sec au printemps 2020, Burkhard a semé les betteraves à une profondeur de 5 cm et il est très satisfait de la levée. En général, les betteraves biologiques doivent être semées un peu plus profondément que les betteraves conventionnelles. Cela facilite l’étrillage à l’aveugle et, si nécessaire, le étrillage des plantes ultérieurement, car elles sont profondément enracinées.

Markus Burkhard a passé 140 heures de travail sur le contrôle des mauvaises herbes et sur le démarriage.

L’agriculteur, qui cultive biologiquement son entreprise sans bétail depuis trois ans, a semé la moitié de ses betteraves à une distance finale de 18 cm et l’autre moitié à 8 cm et les a ensuite démarriées. «Nous avons ensuite désherbé et démarrié d’un seul coup et avons passé un total d’environ 140 heures de travail pour les 80 ares.

L’entrepreneur Brauen est enthousiasmé par la moitié du champ qui a été semé ä distance finale. « C’est exactement à quoi doit ressembler une parcelle de betteraves! » Burkhard veut relever à quoi cela ressemble en termes de rendement à la récolte. L’effort pour le démarriage était un peu plus grand, mais pas significatif.

Très bon salaire à l’heure possible

Hansueli Dierauer du FiBL (voir l’antenne romande) a calculé: Si vous consacrez 100 heures de travail au désherbage avec un rendement de 75 dt de betteraves, vous avez un salaire horaire de CHF 100. Chaque cultivateur de betteraves doit décider lui-même de la quantité de travail qu’il peut entreprendre.

Michel Arn veut semer ses betteraves entre les rangs de blé l’année prochaine.

Michel Arn de Büetigen BE, qui cultive beaucoup de légumes en plus des betteraves, dit le dit sèchement: «À partir de 60 heures de travail manuel, je herse les betteraves. Je ne peux pas faire ça.»

Il mise sur le fraisage 10 jours avant le semis, étrillant à l’aveugle deux fois et effectuant trois passes de binage précises. L’année prochaine, il veut semer les betteraves entre les rangs du blé d’hiver (c’est ce qu’on appelle la culture intercalaire).

Un sol sain – des plantes saines

Ce que l’on remarque sur les parcelles de betteraves biologiques visitées, c’est qu’elles ne sont toutes que légèrement affectées par le jaunissement viral qui sévit actuellement sur une grande superficie. Et cela occure, bien que les agriculteurs bio ne puissent rien faire contre les pucerons qui transmettent le virus. Les taches foliaires de Cercospora sont également à peine présentes.

Les betteraves biologiques de Markus Burkhard ne sont que légèrement affectées par le jaunissement.

Markus Burkhard, qui était autrefois un betteravier conventionnelle, a observé: «Les betteraves biologiques sont beaucoup moins stressées, car elles ne sont pas constamment traitées avec des prodouits phytosanitaires. Cela les rend plus résistants aux maladies et aux ravageurs. « 

Approuvant les hochements de tête des collègues bio. Ils savent également qu’un sol fertile produira des plantes plus saines et plus fortes. Un travail et une structure du sol optimales sont donc essentiels non seulement dans la culture de la betterave biologique.


La situation au marché

La culture de la betterave sucrière biologique suisse connaît actuellement une résurrection. Depuis une quinzaine d’années, seuls quelques hectares de betterave à sucre biologique ont été cultivés en Suisse chaque année. En 2017, un groupe de projet composé de la fsb (fédération suisse des betteraviers), du FiBL (Institut de recherche pour l’agriculture biologique), Coop et Bio Suisse s’est fixé comme objectif de pouvoir à nouveau commercialiser du sucre biologique suisse.

L’objectif actuel est de 200 hectares de betteraves biologiques. En 2019, la superficie était de 116 hectares. Cela signifie que les betteraves biologiques suisses peuvent être transformées séparément des betteraves biologiques importées pour la première fois. En guise d’incitation, les producteurs de betteraves bio-bourgeonsreçoivent une prime de 30 CHF / t sur le prix de base de 124 CHF / t Pour 2019, le prix de base est de 154 CHF par tonne de betterave (hors suppléments et remises).



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *