Engagement total pour la betterave sucrière



En 2014, lorsque Basile Cornamusaz a commencé à travailler dans Centre Betterave Suisse, celle-ci était le champion d’Europe de la production de sucre par hectare. « A l’époque, nous produisions en moyenne 16 tonnes par hectare », se souvient la trentenaire lors de l’interview de novembre.

Voici, cher lecteur, la deuxième partie de notre série sur le travail du Centre Betteravier Suisse. La première s’appelle « la recherche de la variété parfaite » (votre éditeur).

Cette année, seulement six ans plus tard, la situation des rendements a été complètement bouleversée. Et cela, dans une année où les conditions météorologiques sont presque optimales pour la betterave. Les raisons en sont les nouvelles maladies et les nouveaux parasites ainsi que l’abandon des produits phytos. Dans des moments comme celui-ci, le travail du Centre Betteravier Suisse est plus important que jamais.

« Ma partie préférée est le travail d’essai. Travailler dehors dans les champs tôt le matin en été, quand tout est encore calme. Pas de téléphone, pas de circulation… », s’enthousiasme Cornamusaz. En tant que directeur régional pour la Suisse occidentale, il dispose d’un bureau à Moudon VD.

Le Centre Betteravier mène principalement des essais de variétés, mais aussi des essais de fongicides, d’herbicides et d’insecticides. Le travail d’essai commence au bureau en hiver, lorsque les nouveaux procès sont planifiés. Puis, à partir du mois de mars, les premiers essais sont semés à l’extérieur. « En même temps, je conseille souvent les agriculteurs au téléphone pendant cette période sur les temps de semis, etc. », explique l’agronome HES.

Le reste du printemps, dit-il, est occupé par des essais de sélection et de démarriage, la surveillance des infestations de parasites, des conseils et des visites sur le terrain avec une quinzaine de groupes de travail. « Juillet est un mois un peu calme pour moi, avant de passer aux recommandations de fongicides et aux essais de récolte à l’automne ».

Maintenant, à la fin de l’automne et en hiver, les données expérimentales sont évaluées, les expériences à l’étranger sont étudiées et c’est le moment des conférences, des cours à l’école, des réunions et des assemblées.

Les betteraves du matin au soir

Basile Cornamusaz se réjouit de pouvoir continuer à cultiver la ferme de ses parents à Trey VD, qui compte 40 ha de terres arables. En plus de la betterave sucrière, le père et le fils cultivent également des céréales, du colza, du maïs, des pommes de terre et des pois protéagineux. « J’ai la betterave en tête du matin au soir toute l’année. En tant qu’ouvrier agricole spécialisé, vous êtes presque marié à cette culture », dit le mari et père d’un fils de deux ans. « Même lorsque nous prenons l’avion en vacances ou que nous roulons le week-end, je vois des parcelles de betteraves. Cela peut aussi être stressant ». Surtout lorsque l’industrie est en crise, comme c’est le cas actuellement.

4 nouvelles maladies et parasites

Ces dernières années, la pression des maladies et des parasites dans la culture de la betterave suisse a énormément augmenté. Avec le syndrome des basses richesses (SBR), le jaunissement viral, la teigne de la betterave et le champignon Rhizopus, quatre nouveaux problèmes ont migré. Ils nous sont venus de la région méditerranéenne avec le climat plus chaud. Et la pression du champignon Cercospora a également augmenté.

En même temps, l’utilisation des pesticides en Suisse a fait l’objet de lourdes critiques politiques et sociales. « L’interdiction de l’utilisation des semences du Gaucho est arrivée bien trop tôt », explique M. Cornamusaz. « Nous aurions besoin d’une période de transition de 10 ans. La sélection aurait alors le temps de trouver des variétés appropriées. Les politiciens et le public doivent comprendre qu’il faut du temps avant que la culture de la betterave puisse être aussi étendue que beaucoup de gens le souhaitent apparemment ».

D’ici là, il recommande aux producteurs touchés par les nouvelles maladies d’utiliser les meilleures variétés actuellement disponibles. « Je ne peux ordonner à personne de continuer à planter des betteraves, mais nous nous efforçons de mettre sur le marché les meilleures variétés actuellement disponibles », dit-il. « Le mieux que je puisse faire est d’essayer d’encourager les politiciens à réaliser qu’il n’est pas logique d’arrêter la culture de la betterave ici et d’importer ensuite le sucre des betteraves récoltées dans le Gaucho ».



Le directeur général Samuel Jenni, le conseiller Hansjörg Weber et le secrétariat avec Renate Bischof sont en poste au siège social du CBS à Aarberg. Le bureau régional de Moudon VD est dirigé par Basile Cornamusaz, celui du Strickhof à Effretikon par Luzi Schneider. Le Dr Madlaina Peter, assistante de recherche, fait également partie de l’équipe.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *