Frauenfeld et Aarberg défendent le sucre suisse



La conférence de presse s’est tenue en ligne, entre autres. A gauche : Prof. Dr. Mathias Binswanger. À droite : Anders Stockholm, maire de Frauenfeld

Des nuages sombres s’amoncellent actuellement sur l’industrie sucrière suisse. D’une part, il y a les problèmes agronomiques existants avec les pucerons et les maladies dans les champs, et d’autre part, la politique des prochaines semaines aura un impact majeur sur la production suisse de sucre. Une nouvelle diminution de la superficie de culture des betteraves n’est pas à l’ordre du jour. Pour les régions situées autour des deux usines sucrières, ces dernières revêtent une grande importance économique. Les municipalités d’Aarberg et de Frauenfeld l’ont fait savoir lors d’une conférence de presse.

Du 3 au 5 mai, le Conseil national et le Conseil des États discuteront, entre autres, de la betterave sucrière lors d’une session spéciale. La Commission de l’économie du Conseil national propose de maintenir la douanne actuelle de 70 francs par tonne de sucre, mais veut en même temps réduire la contribution à la monoculture pour les betteraves sucrières PER à 1500 francs par hectare et introduire des primes pour les betteraves biologiques (700 francs par hectare) et pour les betteraves IP-Suisse (500 francs par hectare). Le 13 juin, l’électorat suisse se prononcera sur les initiatives relatives aux pesticides et à l’eau potable qui, si elles sont adoptées et mises en œuvre, auront un impact massif sur la production de betteraves sucrières en Suisse. Désormais, les deux communes où sont implantées les sucreries, Aarberg BE et Frauenfeld TG, s’engagent également dans la campagne de référendum. Ils ont commandé une étude pour montrer l’importance de la production de sucre pour les deux communautés. Le 29 avril, ils ont présenté les résultats au public lors d’une conférence de presse.

Les usines sucrières apportent de l’argent dans la région

« La diminution de la superficie de betteraves sucrières en Suisse, qui est passée de 21 000 hectares à 16 000 hectares ces dernières années, nous a fait sursauter », a déclaré aux médias Anders Stockholm, maire de Frauenfeld. Après tout, la sucrerie de la région de Frauenfeld (selon l’étude, 30 à 35 km autour de la ville) génère 53,7 millions de francs suisses de valeur ajoutée par an. Cela comprend les salaires des employés, mais aussi les frais de betteraves et les indemnités de transport versées aux agriculteurs et entrepreneurs locaux. À Aarberg, la valeur ajoutée régionale est encore plus élevée, avec 60 millions de francs. Selon l’étude, la valeur ajoutée totale associée à la production suisse de sucre est de 180,1 millions de francs suisses.

« Ville de sucre » d’Aarberg env. 2010

Le responsable de l’étude, le professeur Dr Mathias Binswanger, a également montré que les grands projets d’investissement de Schweizer Zucker AG apportent de l’argent supplémentaire dans la région sous forme de commandes pour les entreprises artisanales locales. Ainsi, la centrale à bois d’Aarberg a été achevée en 2020 pour un coût de 95 millions de francs et une centrale à bois est prévue à Frauenfeld pour un coût de 55 millions de francs. Binswanger estime les recettes fiscales liées à la production de sucre à 3 millions de francs pour Aarberg et à 1,5 million de francs pour Frauenfeld.

Le sucre suisse meilleur que les importations

Lors d’entretiens avec des groupes d’intérêt sélectionnés, l’économiste Binswanger a demandé d’autres arguments pour mais aussi contre les usines sucrières. Par exemple, les personnes interrogées ont évalué très positivement le rôle de la Sucrfe Suisse SA en tant qu’entreprise d’apprentissage et en tant qu’employeur pour les personnes ayant de moins bonnes perspectives de carrière. Les usines sucrières créent également une identification en tant que « ville sucrière », ce qui est également important pour le tourisme local. En outre, les personnes interrogées sont d’avis que si le sucre est produit dans le pays, il est possible d’exercer une plus grande influence sur les méthodes de production durables que si le sucre est importé. Les sous-produits de la betterave sucrière entraînent d’autres facteurs positifs tels que la production de chaleur, l’alimentation animale, les articles de jardinage, la mélasse et l’alcool.

Des critiques ont été émises, par exemple, sur le transport des betteraves par la route, l’utilisation de pesticides dans la culture des betteraves et la consommation de sucre de la population. En outre, certaines des personnes interrogées estiment que les pertes économiques résultant de la fermeture des sucreries ne doivent pas être surestimées et qu’une utilisation plus efficace pourrait être trouvée pour les grandes surfaces.

Adrian Hügli, maire d’Aarberg, a souligné qu’une quantité commercialisable de sucre ne pouvait être produite de manière économique en Suisse qu’avec deux usines. Ce constat a été confirmé par une étude réalisée en 2019.

Garantir l’approvisionnement en temps de crise

La production de sucre suisse n’est pas seulement importante en tant que facteur social et économique ; le respect des règles de Swissness par les producteurs de denrées alimentaires et la sécurité d’approvisionnement en temps de crise en dépendent également. « En outre, les sucreries suisses répondent déjà très bien aux trois critères de durabilité (écologie, économie et social) », souligne Stockholm. « Un changement vers une culture encore plus écologique prend du temps ! » Il a déclaré qu’il continuerait à faire campagne pour le sucre suisse dans son rôle de conseiller cantonal.

Reste à savoir si les messages de l’étude et des municipalités d’Aarberg et de Frauenfeld seront reçus par les politiciens. Cependant, le fait que les municipalités les soutiennent publiquement est un bon signe pour les usines et les producteurs de betteraves.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *