La betterave sucrière est-elle sacrifiée à la politique de l’eau potable?



Vous pouvez le lire n’importe où. Les betteraves sucrières souffrent du virus du jaunissement transmis par les pucerons. La protection contre les pucerons grâce à un enrobage des semenmces au gaucho a été victime de l’interdiction des néonicotinoïdes. Ce traitement fournirait la plus faible exposition possible aux insectes ravageurs. Au lieu de cela, les agriculteurs essaient de contrôler les pucerons et donc la propagation du virus à nouveau avec des traitements des surfaces entières. Malheureusement sans succès.

De quoi s’agit-il?

De toute évidence, l’interdiction des néonicotinoïdes, qui serait imposée par l’OFAG dans la mise en œuvre de la législation de l’UE, est contre-productive pour les cultures non florifères telles que la betterave sucrière. Cela a entraîné des taux d’application plus élevés d’autres insecticides et avec un effet pire.

Sans protection, les betteraves sucrières sont menacées d’extinction dans une grande partie de la Suisse romande [1]. Là, les rendements de la betterave ont été menacés à plusieurs reprises par le SBR (une bactériose transmise par les cigales), de sorte que les agriculteurs ont perdu de l’argent en deux ans sur trois [2].

Il est également clair que, selon l’analyse de 2016, la majorité des objectifs environnementaux pour l’agriculture à partir de 2008 ne seront pas atteints. Nous allons dans la bonne direction, mais il y en a encore trop peu pour laisser un environnement intact à nos enfants et petits-enfants.

Le problème est reconnu, mais les prochaines initiatives en matière d’eau potable et de pesticides sont-elles les bons moyens?

N’oublions pas que, selon l’article 104 de la Constitution fédérale, l’agriculture a toujours été destinée à fournir de la nourriture à la population. Cela devrait se faire d’une manière durable et orientée vers le marché [3], c’est-à-dire économiquement, écologiquement et socialement compatible.

Qu’est-il arrivé jusqu’à maintenant?

Certaines parties des eaux souterraines sont polluées par le dépassement des limites de pesticides et de biocides. Les quatre substances actives ou métabolites de la bentazone, de la chloridazone, du fluopicolide et du S-métolachlor sont presque toujours retrouvées. Selon un rapport sur le site Web de l’Association suisse des agriculteurs du 19 avril 2019, cela ne devrait plus être utilisé du tout. Grâce à une nouvelle méthode, Chlorothalonil a également été ajouté. Comme chacun sait, cela a depuis été interdit.

Lorsqu’on lui a demandé si l’eau potable était menacée, le Dr. Juliane Hollender d’EAWAG réponds: Oui, mais la qualité à l’origine en fait l’une des meilleures d’Europe [4]. Et cela devrait rester ainsi.

Les agriculteurs suisses luttent pour plus d’écologie depuis 30 ans. Ils le font dans le cadre d’une production intégrée, de prestation écologiques requises conformément à la OPD et de programmes d’efficacité des ressources.

Ces instruments juridiques sont le résultat d’un débat politique et d’une décision démocratique. La pratique agricole actuelle, y compris le processus d’approbation des produits phytosanitaires, nous incombe dans une certaine mesure conjointement. À savoir par notre comportement de vote.

Pointant du doigt sur l’agriculteur n’est donc que partiellement cohérent. Surtout pas tant que nous ne sommes guère prêts à renoncer à quelque chose dans de nombreux autres domaines qui affectent notre comportement de consommateur.

Ce dont nous avons besoin maintenant, ce sont des solutions communes et non des solutions rapides.

Si l’avenir de la culture de la betterave sucrière doit être décidé maintenant [5], il vaut mieux le faire dans un processus conjoint et ciblé et non selon le système du «lobby environnemental contre le lobby agricole» et vice versa!

Parce qu’il y a plus. Par exemple, sur le maintien d’un système des garndes cultures durables. Il serait répréhensible de sacrifier les betteraves à sucre pour la première fois avant d’avoir une vision claire. Cela nécessite un dialogue. Ou comme le ministre d’agriculture Julia Klöckner appelle à la future Commission sur l’agriculture [6] en Allemagne: «Il s’agit de sauvegarder la biodiversité, d’intensifier la protection des insectes et d’améliorer la qualité de l’eau potable. Mais la société doit aussi mieux récompenser les performances des agriculteurs. Tout cela ne peut réussir que dans le dialogue. « 


Questions à répondre

  • Comment concilier les objectifs environnementaux et le mandat constitutionnel de fournir de la nourriture à la population?
  • Qu’en est-il du côté économique des fermes, du droit des agriculteurs à un juste prix pour leurs produits?
  • Avec quelles mesures sont les moyens stratégiques de réduire les risques lors de l’utilisation des PPP resp. le chemin de l’affaissement est absorbé par des méthodes de culture alternatives afin que le LW ait un moyen de subsistance et que la population puisse être approvisionnée en nourriture?

Ce qu’il faut, ce sont des solutions transitoires qui offrent aux agriculteurs une chance équitable jusqu’à ce que de nouveaux systèmes viables soient disponibles.

L’initiative lancée par la Commission économique du Conseil des États «Réduire le risque d’utilisation des pesticides», qui comprend une réduction de 50% de la pollution des eaux souterraines d’ici 2027 par rapport à la moyenne 2012-2015 [7]. C’est un bon moyen. Dans le même temps, la recherche sur de nouveaux systèmes de culture doit être massivement accrue, la sélection variétale doit être encouragée et l’agriculture numérique doit être étendue.

Arrêter la protection chimique des cultures du jour au lendemain n’est certainement pas une solution durable. Ni pour un approvisionnement adéquat en aliments sains ni pour les familles d’agriculteurs. L’écologie sans économie n’est pas possible – et l’inverse non plus.


[1] Divers reportages dans la presse agricole ainsi que rapport interne de la fsb du 14 août 2020 dans l’application BetaSwiss

[2]Il faut en parler ! Blog, alinéa «Quel bilan peut-on tirer?

[3] réference

[4] Dans Die Zeit, du 10.09.2020

[5] Vorstösse im Parlament https://www.parlament.ch/de/ratsbetrieb/suche-curia-vista/geschaeft?AffairId=20203944; / Eingabe einer Ausnahmezulassung von Gaucho oder Importstopp für so behandelten Zucker durch den SVZ ans BLW, s. Pressekonferenz vom 17.9.2020

[6] Zukunftskommission Landwirtschaft

[7] https://www.parlament.ch/centers/documents/de/erlassentwurf-wak-s-februar-2020-19-475-d.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *